Blogue

Centre de pédiatrie sociale : un nouveau point de service à Shawinigan offert à la Maison d’entraide pour familles Coude à Coude

Après plus de deux ans de travail en coulisse et quelques mois d’activités cliniques, la Maison d’entraide pour familles Coude à Coude annonce l’ouverture officielle d’un nouveau Centre de pédiatrie sociale en communauté à Shawinigan. Depuis le 21 février dernier, ce centre, en voie de certification par la Fondation Dr Gilles Julien, offre gratuitement des soins médicaux et psychosociaux aux enfants de la région vivant une situation de vulnérabilité.

Près de quatre-vingt enfants et adolescents de Shawinigan bénéficient déjà des services du Centre de pédiatrie sociale en communauté (CPSC) Coude à Coude. Une prise en charge de 100 enfants est prévue d’ici le printemps 2019.

Visant à développer le plein potentiel de l’enfant, la pédiatrie sociale place celui-ci au coeur de tout : des échanges, des réflexions et des solutions. Centrée sur ses besoins et ses droits, l’approche novatrice développée par le Dr Julien est basée sur une médecine de proximité ayant fait ses preuves depuis longtemps.

« C’est un projet qui a de l’impact dans la vie de nos enfants et qui concerne toute la communauté. Nous sommes heureux et fiers que notre initiative se joigne au réseau de pédiatrie sociale existant et d’offrir ce point de service dans les installations inspirantes et vivantes de Coude à Coude », mentionne le Dr François Chrétien, directeur médical du CPSC Coude à Coude, qui fait équipe avec la travailleuse sociale Marie-Josée Paquin  de même qu’avec Suzanne Gagnon, coordonnatrice de la Maison d’entraide.

Approche de collaboration, la pédiatrie sociale rassemble, autour d’une même table, toutes les ressources et les personnes impliquées dans la vie de l’enfant. « En tant que parent, on peut parfois se sentir dépassé par la complexité d’une situation concernant notre enfant. La force de la pédiatrie sociale est justement de former un cercle autour de ce dernier  afin de mieux répondre à ses besoins spécifiques. Et autour de notre grande table de cuisine, on fait les choses en toute simplicité et on développe de belles complicités! » explique Marie-Josée Paquin.

Aucun commentaire


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *